Rédaction/ juin 7, 2018/ Essonne découverte/ 0 comments

Top départ pour l’exposition « ALLEGORIA » ! Le château de Chamarande accueille jusqu’au 30 décembre 2018, la première grande exposition de Philippe Pasqua. Après le Musée océanique de Monaco, et avant son envol vers le Musée Royal de l’Ontario à Toronto, l’artiste fait une halte par l’Essonne, et dévoile ses œuvres : un univers où se mêlent imaginaire et fantastique.

Avec son château du XVIIe siècle, son orangerie et son vaste parc à l’anglaise, le domaine constitue le parfait écrin pour accueillir la première grande rétrospective française des œuvres de Philippe Pasqua, un art aux dimensions exceptionnelles.

©cc/stevebeaunay.

Allegoria, c’est le nom choisi pour cette exhibition. Une appellation grecque [ndlr : allêgorein], qui signifie littéralement « parler par l’image », exprimer une idée par la métaphore. À travers ses œuvres, l’artiste synthétise une sensation que l’observateur éprouve immédiatement dans la rencontre, grâce à la sculpture. L’exposition propose ainsi aux curieux, un panorama d’œuvres signées Philippe Pasqua, dans toutes ses dimensions, dans tous les aspects de la vie. Le majestueux, ici illustré par un gigantesque requin chromé, reflet d’un paysage environnant, incluant chacun dans la création le prenant à témoin. Une représentation viscérale de la vie et la mort, avec par exemple, une sculpture dans laquelle le visage d’une jeune fille se découvre en chair et squelette.

Le thème principal de cette exposition est le lien universel entre l’homme et la nature, un aspect qui tient d’ailleurs, particulièrement à cœur à Philippe Pasqua. Rappelez-vous l’exposition de Monaco, tributaire de son engagement pour la protection de l’environnement. Dans un visuel entre art et science, les créations s’affranchissent des codes, pour sensibiliser le grand public à la protection des océans. Il en va de même pour Allegoria, qui s’inscrit dans une suite logique, avec une dimension plus sociale. L’artiste s’engage cette fois, dans la protection de l’enfance en soutenant deux les fondations « Vision du Monde » et « Dassault ».

©cc/stevebeaunay.

Philippe Pasqua appelle à saisir la vie inaperçue. Celle contenue à l’intérieur d’un corps traumatisé, celle présente au fond des yeux d’un être démuni, celle maltraitée dans ses animaux marins. Il s’évertue à la saisir depuis plus de trente ans avec une liberté sans cesse renouvelée.

 

Steve Beaunay

 

Advertisements

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*