Alors que les fans de Floyd Mayweather ont longtemps prié pour un nouveau Fight Night, Electronic Arts a préféré miser sur EA Sports UFC, une série qui a pris l’habitude de pénétrer dans l’octogone tous les deux ans. Sans véritable concurrent en face, on aurait pu croire qu’elle se serait reposée sur ses lauriers, mais c’était sans compter sur l’abnégation d’EA Canada qui a la ferme intention de repousser les limites du MMA sur consoles. Y est-il parvenu avec EA Sports UFC 3 ? Nos premières impressions.

Si le MMA est une véritable religion aux Etats-Unis, on ne peut pas dire que ce soit le cas en France. Pourtant, il y en a des combattants venant de l’Hexagone (Tom Duquesnoy, Cheick Kongo, Francis N’Gannou entre autres), mais l’engouement pour la discipline n’a jamais décollé. Du coup, il ne fallait surtout pas s’attendre à une présentation d’EA Sports UFC 3 en grande pompe chez nous, et Electronic Arts s’est limité à nous faire parvenir un code permettant d’accéder à la bêta fermée du jeu. Ce n’est pas plus mal, parce que pour n’importe quel néophyte, se familiariser avec les mécaniques de gameplay sans prendre le temps de se poser, ça peut être aussi douloureux qu’un takedown. En ce qui nous concerne, on a largement eu l’occasion de se roder à travers les deux épisodes précédents, et on était donc curieux de voir les changements opérés par les développeurs. Même si la série était déjà impressionnante sur le plan visuel, le studio canadien a décidé d’enfoncer un peu plus le clou avec le Real Player Motion. Derrière cette technologie, on veut nous faire comprendre que plus de 5 000 animations ont été reproduites pour rendre les combats plus fluides que jamais. C’est vrai que dans EA Sports UFC 2, la plupart des attaques avaient tendance à partir avec un perso statique. Là, on nous garantit que le jeu de jambes est devenu une priorité, et que la prise d’élan au moment de donner un coup permettra d’infliger plus de dégâts.

 

La petite surprise cette année, c’est qu’il y aura moyen d’inclure de vrais combattants déblocables via les micro-transactions ou en terminant des défis Ultimate Team. Malgré les quelques lacunes que nous avons pointées un peu plus haut, on a hâte de recroiser le chemin d’EA Sports UFC 3 qui, sauf cataclysme, devrait être au moins aussi excellent que son prédécesseur. Rendez-vous le 2 février 2018 pour notre verdict final.

Catégories : Archives

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *