Le projet de loi Climat et résilience proposé sous le quinquennat Macron a noué de nombreux espoirs. Tant sur un plan environnemental que démocratique. Loin d’être à la hauteur de l’urgence écologique, une multitude d’associations se mobilisent pour soutenir les propositions de convention citoyenne. Le 28 mars, en Essonne comme dans toute la France, une marche pour le climat est organisée.

Une marche pour lutter…

Ce week-end, près de 300 marches pour le climat sont organisé sur le territoire. Pour Marina Kontente, l’une des organisatrices de la marche pour le climat sur Evry « Le but de notre mobilisation est de mettre la pression aux politiques, aux députés, aux parlementaires et au gouvernement. Leur dire de faire des amendements et aller plus loin que ce que propose le gouvernement ». Accordée par la préfecture de l’Essonne, la marche aura plusieurs points de départ. Ris Orangis, Lisses, Evry et Bondoufle. Chacune de ses marches débutera à 14 h pour une arrivée concordante au Parc d’Evry à 16 h 30. 

Les associations locales telles que l’association Colibri, seront présentes. D’autres associations nationales sont attendues : Extinction rébellion, association non-violente COP21, Les Amis de la Terre… Certains élus locaux comme Stéphane Rafalli, Karl Dirat ou Sabine Naget sont également convié à la marche. « L’idée est de sortir d’un contexte politique, et de dire qu’à un moment donné, il faut que tous les députés, les sénateurs de tout bord aillent dans le même sens. »

Malgré les complications liées au contexte sanitaire, les organisateurs ont tout prévu. « Nous avons mis en place des shérifs qui seront en charge, de manière la plus sympathique possible de faire respecter le port du masque, les distanciations sociales. Du gel hydroalcoolique sera disponible pour ceux en aillant besoin. Nous allons faire en sorte que le cortège soit suffisamment étiré pour que cela ne fasse pas un attroupement ». À l’arrivée au Parc d’Evry, des panneaux qui reprennent les mesures proposées par la convention citoyenne seront installés. « Ils seront installés tout autour du parc du lac, les gens auront l’occasion en déambulant, de regarder ces panneaux et d’essayer de voir pour quelles mesures, ils peuvent avoir un impact »

Toutes les mesures ne seront pas retenues, mais de nombreuses tiennent à cœur à la population. « Personnellement, s’il n’y a pas de rénovation énergétique concernant les ponts thermiques, cela sera dommage. Il suffirait de mieux isoler les constructions afin que cela réduise la facture par deux, tous les hivers ». 

… Contre la deception de la convention collective

D’octobre 2019 à juin 2020, la convention citoyenne sur le climat a réuni 150 citoyens tirés au sort afin de constituer un échantillon représentatif de la population. Leur rôle ? Proposer des mesures permettant d’accélérer la lutte contre le changement climatique. L’objectif initial était d’atteindre une baisse d’au moins 40 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. 

Pour Marina Kontente,« Il y a un besoin d’agir. » Confie t’elle, « Pas seulement au niveau individuel, mais au niveau législatif. Instaurer des règles pour que les industriels prennent des mesures moins polluantes, ne vendent plus certains emballages ». Plus de 5 000 amendements ont été déposé à la commission spéciale de l’Assemblée Nationale. Seules 149 mesures sont retenues pour en débattre à l’Assemblée, à compter du 29 mars « Une bonne partie ne vont même pas être présentées du tout, et les autres vont être tronquées ou vidées de leur substance pour que ce soit compatible avec des intérêts économiques, des intérêts d’entreprise. »

Une des propositions était d’imposer un malus automobile pour les SUV au-delà d’1,4 tonnes. Cette proposition est révisée par le gouvernement à 1,8 tonnes. « les véhicules d’1,4 tonnes concernaient je crois près de 50 % du parc automobile des SUV alors que ceux d’1,8 tonnes ne concernent que 2 %. Finalement, on prend une proposition, que l’on vide à 90 % de sa substance ». De nombreuses infographies publiées par le collectif Pacte pour la transition montrent les différences entre les propositions de la convention collective, et les mesures révisées.Initié suite au mouvement gilets jaune, la convention collective devait renforcer la démocratie en France. « En Islande, ils ont construit leur constitution en faisant appel à des citoyens, qui se sont formé, qui ont travaillé et cela a fonctionné. »

Les manifestations de ce week-end seront l’occasion de montrer « que l’on peut y arriver, que l’on peut essayer de reprendre la main sur ça. »


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *