Accusé d’avoir tenu des propos homophobes sur Snapchat, les organisateurs de nombreux festivals annulent à tour de rôle la programmation du rappeur Koba LaD.

Des propos inadmissibles qui ne passent pas. Depuis ce week-end, l’artiste originaire d’Evry est empêtré au cœur d’une vive polémique. A l’origine de l’affaire, l’artiste avait il y a quelques jours relayé des propos homophobes et haineux au sujet de l’assassinat d’un jeune homosexuel par son père homophobe.

Un triste histoire qui n’a pas du tout plus aux programmateurs du Festival Art Rock de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor), où Koba LaD doit se produire fin mai 2020. « Nous sommes en contact avec l’équipe de Koba LaD et demandons des explications suite à sa publication sur Snapchat » s’est exprimé l’organisation dans un communiqué le 17 février 2020.

Bien conscient de la gravité des ses actes, le rappeur s’est tant que bien que mal défendu sur son compte Snapchat : « Je vois que ça commence à faire polémique, j’suis pas homophobe, n’essayez pas de me coller une étiquette. Dieu pour tous. Je ne cautionne pas le screen qui tourne. Avant de poursuivre je ne cautionne pas le meurtre. Après l’enfant gay franchement… chacun pour soi, dieu pour tous, voilà, là je suis en vacances, arrêtez de me prendre la tête ». Malgré les « excuses », Koba LaD sera tout de même déprogrammé du Festival Art Rock

Une déprogrammation en cascade

La nouvelle est bien assez grave pour pouvoir sérieusement entacher la suite de la carrière de l’artiste âgé de seulement 19 ans. Ses propos ont fait vite fait de se propager et d’arriver dans les oreilles des autres programmateurs qui ne se sont pas fait prier pour embrayer le pas. Le Main Square Festival à Arras, le VYV Festival à Dijon, We Love Green à Paris, le Garorock à Marmande, mais également le Dour Festival en Belgique ont tous choisi de déprogrammer Koba LaD de leur festival respectif.

Catégories : Culture

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.