Article rédigé par Justie.

2021 démarre sous une pluie de violences en Essonne : Règlements de compte entre bandes, conflits avec les forces de l’ordre, plusieurs villes sont en effervescence.

Des situations d’insécurité de trop !

Après les violences au mois de Février entre bandes de Boussy-Saint-Antoine, Epinay-sous-Sénart et de Quincy-sous-Sénart, c’est au tour d’Evry et Ris-Orangis le 08 Avril. En effet, tout commence dans le début de soirée à Ris-Orangis où un homme est blessé au couteau. Suivi plus tard à dans la soirée, du décès d’un jeune de 23 ans tué par balle dans un immeuble à Evry-centre. Des faits qui selon le parquet d’Evry, s’apparenterait à un règlement de compte entre bandes rivales. D’autres cas de violences similaires, sont à relever sur le reste du département.

Le week-end dernier s’est de même achevé en malaise. Assurément, les agents de force de l’ordre ne sont pas exceptés de ces violences. Se sont divers attroupements de jeunes individus quasi-simultanément à Palaiseau, Etampe, Grigny et Corbeil-Essonnes, mettant par de multiples représailles en dérive le travail de ces derniers. 

Une croissance continue de violences

Selon le Figaro, c’est 56 rixes en 2019, un chiffre en croissance   en 2020 soit 91. Une augmentation qui selon diverses sources de jeunes et des journaux officiels, aurait d’une part pour cause les réseaux sociaux, qui serviraient de zone intermédiaire à l’origine de conflits. 

  Peut-on parler de manque de compréhension sur ce qu’est la liberté en France et de la vie en société ? .  A qui doit-on réellement la faute? A-t-on à faire à des jeunes qui agissent par ignorance  ou parfaite connaissance de leurs actes et des conséquences reliées ? .

Des solutions ?

Le constat fait est qu’en Essonne, on déplore des morts et des intégrations d’individus de plus en plus jeunes au sein de ces bandes. Les familles, les autorités ainsi qu’associations locales, souffrent de ce manque de considération de la vie chez les jeunes (manque de responsabilité chez les jeunes). Toutefois, des moyens de sensibilisation et d’interpellation continuent de se multiplier pour regagner cette jeunesse. Les forces de l’ordre quant à elles, restent massivement mobilisées contre ces fièvres de violences croissance à  fréquence régulière. 


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *