Maître Yassine Bouzrou, avocat de la famille Traoré, a demandé l’annulation de l’expertise médicale qui avait eu lieu le 25 mai dernier. Selon lui, un médecin a participé à cette expertise alors que son nom n’était pas indiqué dans le rapport, ce qui est illégal.

L’avocat de la partie civile a indiqué ce lundi à Franceinfo qu’il avait demandé la nullité de l’expertise médicale à la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris. Cet examen médical réalisé le 25 mai dernier, innocentait les gendarmes dans la mort d’Adama Traoré en 2016.

“Nous venons d’apprendre avec stupeur qu’un médecin non désigné par les juges d’instruction et non inscrit sur la liste des experts a participé à l’expertise médicale qui exonère les gendarmes” a déclaré maître Yassine Bouzrou au média français. “La participation clandestine d’un médecin, qui serait cardiologue, arrive opportunément. Elle vise à donner plus de valeur à une expertise qui a été clairement contestée par l’expertise indépendante versée à la procédure par les parties civiles”.

L’avocat et la partie civile voient une “possible tentative d’escroquerie

L’avocat de la famille s’insurge “Nous avions dénoncé un rapport de complaisance qui se permettait d’inventer une pathologie cardiaque alors qu’un cardiologue avait balayé cette hypothèse. Ces pseudo experts tentent en toute illégalité de justifier leurs conclusions et leur incompétence en matière de cardiologie”.

“Mes clients avaient dénoncé des médecins charlatans désignés par les magistrats instructeurs. Quant à moi, je m’interroge sur la possible tentative d’escroquerie au jugement par le fait d’user de manoeuvres frauduleuses pour tromper la justice. Cela ferait de ces experts des escrocs”.

Pour maître Bouzrou, ces évènements renforcent l’idée que la mort d’Adama Traoré a bien été causée par une asphyxie positionnelle. “Il reste ainsi trois expertises médicales de synthèse, lesquelles reconnaissent toutes que l’asphyxie positionnelle a eu un rôle dans le décès d’Adama Traore, assure Yassine Bouzrou. Les deux expertises indépendantes affirment elles qu’il s’agit de l’unique cause de la mort”.

Après ces révélations, Franceinfo précise qu’ils ont contacté Rodolphe Bosselut, “avocat de deux des gendarmes placés sous le statut de témoin assisté” mais qu’il n’a pas souhaité répondre.

Catégories : Société

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.