Lat91 WebMaster/ février 8, 2019/ L'actu positive/ 1 comments

Ce 12 février ouvre le premier centre essonnien de télémédecine pour lutter contre la disparition des services médicaux. Face aux patients, un écran, une infirmière et un médecin situé à distance offrent des consultations d’un nouveau genre.

Les déserts médicaux deviennent de plus en plus légions avec les trop nombreux départs à la retraite des médecins et la concentration des titulaires dans les grandes villes. Les concepts « futuristes » défilent les uns après les autres…

Après l’innovation du « camion de télémédecine » censé se déplacer soigner les personnes à domicile, un concept aussi récent débute son développement sur le territoire. Les prémices de la technologie et de la « médecine du futur » arrivent en Essonne. A Moigny-sur-Ecole, les médecins ont quitté la ville, qui se retrouve elle-aussi face à la désertification des points médicaux. Il devient de plus en plus difficile pour les habitants de consulter un médecin. Le praticien généraliste le plus proche se trouve à Milly-la-Forêt  à plus de 5 kilomètres de là…

Les débuts essonniens de l’e-médecine, la médecine du futur :

Mais ce 12 février, la ville accueillera de nouveau une structure médicale ! Le premier centre de télémédecine du département  ouvre ses portes. Les Essonniens pourront de nouveau, s’offrir une consultation. Le médecin pratiquera à distance via un chariot télévisé. Il sera équipé d’un écran possédera aussi une caméra, qui permettra au professionnel d’examiner le patient. Le dispositif s’inspire très fortement des progrès des réseaux sociaux, qui sont les pionniers des échanges audiovisuels  à distance. Celui-ci pourra accéder à une nouvelle technologie, la « séance de télémédecine », après avoir glissé sa carte vitale dans l’emplacement adapté.

Un médecin plus concentré sur le « cœur de son métier », relayé par une infirmière :

Une infirmière aura pour mission de « faire le relais » entre les deux. Le médecin profitera de la présence et des compétences de celle-ci. Il pourra ainsi se concentrer sur l’établissement d’un diagnostic, le suivi du patient, la préparation d’une décision thérapeutique, la prescription de médicaments et de soins et bien d’autres tâches. Celles de l’infirmière sont nombreuses : relever le pouls à l’aide d’un stéthoscope, les constantes, la tension, ou encore la préparation de la personne à la consultation à distance. Le projet, qui s’achève mi-février, ne s’arrête pas là ! Le centre de Moigny-sur-Ecole accueillera en complément une valise dotée d’un matériel numérique et d’un écran semblable. L’utilité ? Offrir une consultation à ceux qui ne peuvent se déplacer. S’ils ne peuvent pas se déplacer jusqu’au cabinet, c’est le cabinet qui viendra à eux…

Thomas Faigel

Advertisements

1 Comment

  1. Merci pour cet article très intéressant.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*