Lat91 WebMaster/ février 7, 2019/ L'actu positive/ 0 comments

A Evry-Courcouronnes, c’était une première ! Pour ce grand débat national en terre essonnienne, ils étaient plus de 300 à s’être déplacé avec l’ambition de débattre, pendant plusieurs heures, avec Emmanuel Macron, le président de la République !

1Emmanuel Macron, face aux 300 élus et membres d’associations venus débattre.

Depuis le 15 janvier et le début de la « crise des Gilets Jaunes », le grand débat suit son cours depuis novembre 2018. Ce lundi 4 février, le président de la République Emmanuel Macron s’est rendu à Evry-Courcouronnes pour l’occasion. C’est, avec plus de 300 élus et représentants d’associations, qu’il a débattu sur la fiscalité, l’organisation de l’Etat, la transition écologique et la citoyenneté. Les 150 maires présents et les 150 autres participants du monde associatif avaient préparés minutieusement leurs doléances… La liste fut longue partant des services publics aux logements sociaux, de l’apprentissage à l’éducation, des contrats aidés et des subventions associatives.

Emmanuel Macron et les 300 participants ont concentré une grande partie de ce grand débat national aux associations et au monde associatif. Le président l’avait déjà fortement souligné en rendant une petite visite-surprise aux bénévoles de Génération II, peu avant le débat, qui consacrent leur temps et leur énergie à l’insertion des jeunes en difficulté. Un « grand plan » a été annoncé, après un bref mea culpa du Président sur la disparition des emplois aidés trois fois moins budgétés par l’Etat entre 2017 et 2019 (passant de 320 000 à 130 000), qui avait posé énormément de problèmes à un grand nombre d’associations. Des subventions pluriannuelles devraient être alléguées dans le cadre de ce « grand plan », afin de donner suite aux doléances associatives. Elles devraient soulager les petites structures, durement impactées par la réforme des contrats aidés. Le P.E.C, « Parcours Emploi Compétence » a été vivement conseillé par le président.

Le P.E.C, encore assez méconnu, remplace depuis janvier 2018 progressivement les contrats aidés (mis en place antérieurement pour aider les personnes les plus éloignées de l’emploi) car il engage beaucoup plus les employeurs à former les contractuels, tout en mettant en place un nouveau suivi sérieux de l’employé ainsi qu’une évaluation de ses compétences Ces suivis et évaluations permettront une bien meilleure prise en charge du salarié et de son projet professionnel…

Thomas Faigel

Advertisements

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*