Lat91 WebMaster/ janvier 29, 2019/ L'actu positive/ 0 comments

L’équipe féminine poursuit son parcours en Coupe de France. Le club a su prendre le dessus sur une autre équipe de D1, ce samedi, en 8ème de finale. Les essonniennes ont su tirer leur épingle du jeu pour accéder aux quarts de finales de la compétition.

Les joueuses de Fleury l’ont emporté face au F.C Metz.

Le football club féminin de Fleury, ce samedi, jouait les huitièmes de finale de la Coupe de France féminine au stade Lascombe à Fleury-Mérogis. Les filles de Jean-Claude Daix, installées à la 6e place du classement en championnat à un point du Paris FC féminin, affrontaient l’actuel 10e qui lutte, en ce moment même, pour se maintenir dans l’élite. Le club avait, avant ces huitièmes de finale, déjà rencontré par deux fois, en D1, son adversaire de l’après-midi. Et c’est un sans-faute pour les Floriacumoises !  Elles ont su réitérer la performance en battant le FC Metz pour la troisième fois de la saison. La magie de la Coupe de France n’a pas agi en faveur des footballeuses du Grand Est. Après avoir ouvert le score par l’intermédiaire d’une maladresse de la joueuse messine, Julie Pasquereau (CSC). L’équipe a géré son sujet, sans trembler, tout au long du match avant de creuser l’écart grâce à Ali Nadjim, qui a doublé la mise en toute fin de rencontre (90e+2), tuant les derniers espoirs d’une qualification messine et douchant ceux des filles du FC Metz, qui y croyait toujours. L’équipe essonnienne a véritablement su prendre le dessus sur une équipe brouillonne, pêchant bien trop souvent dans la surface adverse ou dans la dernière passe.

Fleury-Paris FC : Deux voisins, une place pour les demies.

En éliminant l’équipe messine en huitièmes de finale, le club de Fleury-Mérogis s’offre un duel avec le voisin parisien, pour atteindre les demies finales de la Coupe de France féminine. Il devra éliminer un de ses concurrents aux premières. En première division, seul un point les sépare. Les 5e et 6e se retrouvent pour un match à grand enjeu. Ce dimanche 10 février prochain, les filles de Jean-Claude Daix tenteront, au Stade Robert Bobin de Bondoufle d’éliminer un autre club de D1, une certaine équipe dirigée par Sandrine Soubeyrand, un certain « Paris FC » …

Thomas Faigel

 

Advertisements

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*