Lat91 WebMaster/ mai 24, 2019/ L'actu positive/ 0 comments

« Cette marche est solidaire et permet une prise de conscience »

Lundi 13 mai à 14 heures devant la gare d’Evry-Courcouronnes, des cris et des protestations se faisaient entendre. Il s’agissait des manifestants de « La marche citoyenne des oubliés » qui clamaient leur colère envers la société et le Président de la République. Durant cette marche, qui se prolongeait jusqu’à la capitale, les participants souhaitaient exposer les revendications des personnes en situation de handicap, qui, selon leurs mots, demeurent des “oubliés” de notre société.

Les manifestants étaient tous rassemblés avec des pancartes à la main tandis que d’autres s’exprimaient dans des mégaphones, attirant ainsi l’attention des passants qui filmaient la scène.

« Mesdames et Messieurs ne vous garez pas sur ma place handicapée ! Même pour un seconde ! J’en ai besoin et j’en dispose car ce sont mes droits ! » s’exclama Laurence Durand, représentante départementale de l’AFP Essonne. Elle a accepté de répondre à nos questions :

Latitude91 : « Cette marche a-t-elle pour but de dénoncer les promesses non tenues d’Emmanuel Macron concernant les personnes en situation de handicap ?”

LD : Oui tout à fait. M.Macron il y a deux ans disait faire du handicap sa priorité. On est maintenant 2 ans plus tard et le handicap n’avance pas. Nous sommes toujours arrivés pourtant malgré une loi de 1975, loi de l’accessibilité, deuxième 2005, et 14 ans après nous en sommes toujours aux mêmes problèmes c’est-à-dire toujours l’inaccessibilité de la vie et de la ville.

Latitude91 : « Visez-vous un public particulier ? »

LD: Non on veut sensibiliser tous les Français avec ou sans handicap. Il est clair qu’il faut que chacun comprenne que tout ne nous est pas donné quand on est en situation de handicap, loin de là ! Nos fauteuils ne sont pas remboursés à 100% comme le croit la plupart des gens, nos véhicules nous les adaptons avec nos propres moyens, le transport n’est pas accessible encore aujourd’hui, 3% seulement des stations de métro à Paris sont accessibles c’est inadmissible ! L’emploi c’est pareil on nous parle de 6% de travail obligatoire on en est loin même dans les services publics ! L’Etat n’embauche déjà pas 6% de personne en état de handicap.

Latitude91 : « Attendez-vous une prise de conscience de la part de la population et du gouvernement ? »

LD: Oui, nous aimerions bien. Nous aimerions que les gens comprennent et surtout notre gouvernement qu’il n’est pas possible de vivre dignement avec 860 euros et 900 euros au mois de novembre. Moi j’aimerais que Monsieur Macron vienne avec moi et pendant 1 mois, on échange nos salaires et puis on verra si lui il va vivre ! Parce que nous on survit. C’est tout ce qu’on peut faire.

Latitude91 : « Quelles mesures metteriez-vous en place si vous étiez le gouvernement ? »

LD: Rendre plus accessible la ville et la vie parce que si jamais demain, la ville et la vie sont accessibles à 100%, je ne serais plus en situation de handicap mais je serais une citoyenne comme tout le monde.

Latitude91 : « Quels obstacles rencontrez-vous encore de nos jours ? »

LD : Les obstacles sont multiples : je ne peux pas accéder aux bus, je ne peux pas accéder aux métros, je ne peux pas accéder aux transports, je ne peux pas accéder non plus au travail parce que je suis en situation de handicap. Les enfants qui sont en situation de handicap ne peuvent pas accéder à l’éducation comme tout le monde. Ils ont des écoles à côté de chez eux, ils sont obligés de se rendre parfois en Belgique pour recevoir des soins et une scolarité un peu près normale. Ce n’est pas normal ! On n’est pas reconnu comme des citoyens nous sommes encore des citoyens de seconde zone et ça on veut le dénoncer.

Jéhanne Cardou.

crédit photo : Latitude 91

Share this Post

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*